Data Science

Qu’est-ce qu’une bonne métrique pour les startups ?

Qu’est-ce qu’une bonne métrique en startup ?

Grosso merdo, l’analyse de données en startup, c’est mesurer les comportements des utilisateurs pour servir les objectifs de l’entreprise, entre autres. Si les données montrent que tartampion a installé l’application mais ne l’utilise pas régulièrement, ça ne contribue pas en la réussite de l’entreprise. Il faut changer quelque chose.

Lire la suite »Qu’est-ce qu’une bonne métrique pour les startups ?

Stanislas Dehaene et Yann Le Cun au sujet de l’intelligence

Notes condensées extraites du livre La plus belle histoire de l’intelligence de Stanislas Dehaene et Yann Le Cun

  • Nous sommes des automates dans les trois quarts de nos actions. Lorsque nous marchons nous n’effectuons pas des séries de contractions musculaires conscientes, et nous voyons sans cesse bien des choses sans pour autant le remarquer. L’intelligence qui nous fait percevoir ou agir n’est pas toujours consciente.
Lire la suite »Stanislas Dehaene et Yann Le Cun au sujet de l’intelligence

La Data Science Machin-Chouette, c’est quoi ce chambard ?

La data science c’est comme un match de foot.

Organiser une rencontre implique une multitude d’acteurs issus de milieux divers : des vendeurs pour la buvette, des cuistos pour tenir la baraque à frites, de la sécurité à cause des vendeurs de la buvette, des joueurs et un arbitre. Là où en Data Science on utilise l’informatique pour collecter et extraire des données, des mathématiques pour traiter cette donnée, de la communication pour présenter les résultats obtenus, etc.

Lire la suite »La Data Science Machin-Chouette, c’est quoi ce chambard ?

Laurent Alexandre se méfie de l’intelligence artificielle

  • par

Notes condensées extraites du livre La guerre des intelligences de Laurent Alexandre.

Comment l’intelligence artificielle va révolutionner notre éducation ?

  • On distingue traditionnellement deux facteurs de production : le capital (machines, bâtiments et ressources financières) et le travail (produit par les humains). Demain, il faudra ajouter un troisième facteur à l’équation : l’IA. La productivité dépendra en grande partie de la quantité du couple Intelligence humaine-IA que l’on intégrera au processus.
Lire la suite »Laurent Alexandre se méfie de l’intelligence artificielle