L’importance de la prise en compte du contexte dans la visualisation de données

Voici mes détails et réflexions issues principalement de la lecture du chapitre 1: The importance of context du livre Storytelling with data de Cole Nussbaumer knaflic.

Comprendre le contexte est aussi, si ce n’est plus, important lorsqu’on cherche à visualiser des données.

Look up at the night sky, and the stars look like dots on a flat surface. The lack of visual depth makes the translation from sky to paper fairly straightforward, which makes it easier to imagine constellations. Just connect the dots. However, although you perceive stars to be the same distance away from you, they are
actually varying light years away.
If you could fly out beyond the stars, what would the constellations look like?
This is what Santiago Ortiz wondered as he visualized stars from a different perspective.
The initial view places the stars in a global layout, the way you see them. You look at Earth beyond the stars, but as if they were an equal distance away from the planet.
Zoom in, and you can see constellations how you would from the ground, bundled in a sleeping bag in the mountains, staring up at a clear sky.
The perceived view is fun to see, but flip the switch to show actual distance, and it gets interesting. Stars transition, and the easy-to-distinguish constellations are practically unrecognizable. The data looks different from this new angle.
This is what context can do. It can completely change your perspective on a dataset, and it can help you decide what the numbers represent and how to interpret them.

Source: Data Points: Visualization That Means Something par Nathan Yau

Avant de se lancer dans la création d’un graphe, il en vient d’identifier les réponses à ces deux questions : 

  1. Qui est votre audience ? 
    1. Qui va lire ce graphe ? C’est-à-dire son âge, sa profession, ses compétences, etc. Plus vous êtes vague sur votre persona, moins votre communication sera efficace !
      1. Quel est votre relation avec votre audience ? Êtes-vous déjà crédible à leurs yeux ?
  2. Qu’est-ce que vous voulez que votre audience apprenne ? C’est-à-dire qu’est-ce que votre cible va devoir retenir après lecture. Pourquoi est-ce qu’ils doivent lire ce graphe ? Qu’est-ce que ce dernier va leur apprendre ?

Le contexte comprend également le format de communication, s’agit-il d’une présentation écrire ou orale ? Une présentation écrite requiert de la précision de par l’absence de contrôle. A l’oral, on maîtrise effectivement le tempo, il est possible de revenir en arrière, accélérer ou s’attarder. 

Quel est le ton à employer (expliquer un succès, un échec, etc.) ? La réponse à cette question a une incidence directe sur le choix du type de graphe.

Quelles données afficher ? Quelles sont les données disponibles ? Est-ce que l’audience est familière avec cette donnée ?

Bien sûr, il arrive qu’on ait une connaissance limitée du contexte parce que la demande vient d’un client. En général on arrive à déduire des choses à partir de bribes d’informations.